Quels revenus attendre de notre programme d’adhésion ?

Disons que vous avez suivi toutes les étapes décrites dans “Combien d’adhérents pouvons-nous espérer avoir ?” et que vous avez pour objectif de gagner le soutien de 1 120 adhérents. Vous avez choisi votre politique de prix et testé vos hypothèses de départ. Il est temps de calculer les revenus que vous pouvez espérer obtenir.

Vous pouvez opter pour une méthode directe et calculer les revenus mensuels ou annuels de votre programme d’adhésion en partant de l’estimation de votre nombre d’adhérents. Multipliez par votre nombre de membres la contribution moyenne attendue. Ainsi, si vous concevez votre programme d’adhésion dans l’optique de récolter une contribution moyenne de 10 dollars par mois ou de 120 dollars par an, vous pouvez espérer avoir un revenu annuel de 134 400 dollars grâce à vos 1 120 adhérents.

D’autres outils et méthodes peuvent être utilisés. Nous vous avons présenté juste une approche. Par exemple, la plateforme Steady propose l’approche suivante :

“Au moins 5 % de votre communauté est prête et disposée à vous soutenir. [ …] Le montant que vous pouvez gagner dépend de la taille de votre communauté. Votre communauté comprend des personnes qui suivent votre projet, attendent vos mises à jour et peuvent vous contacter numériquement ou personnellement. En estimant la taille de votre communauté, vous pouvez calculer combien d’argent vous pourriez gagner en utilisant Steady : (nombre de membres de la communauté * 0,05) * (cotisation moyenne) = recettes possibles. Le prix moyen d’une adhésion sur Steady est d’environ 5 euros par mois. En utilisant cet exemple, pour atteindre un objectif de 1 000 € par mois, vous devrez toucher au moins 4 000 membres de la communauté avec votre campagne.”

L’équipe de recherche vous recommande d’utiliser cet outil de Steady pour faire des projections. Vous devrez entrer quelques chiffres, notamment le minimum mensuel dont vous avez besoin, la contribution moyenne prévue, le taux de résiliation mensuel et le taux d’adhésion. Si vous venez de vous lancer et que vous ne connaissez pas votre taux de résiliation, le MPP recommande de saisir un taux de 5 % par mois, une hypothèse prudente. 

Dans le tableau, vous verrez que Steady a choisi une contribution mensuelle moyenne de 5 € chez ses 300 clients (la plupart desquels ne sont pas des publications journalistiques), un taux de résiliation moyen de 2,5 % et un taux de conversion de 5 %.  

Pour avoir un autre exemple, vous pouvez voir comment la structure canadienne Indiegraf utilise une méthode similaire à celle du MPP pour calculer les revenus qu’une publication d’information locale indépendante peut espérer au Canada.

Des publications américaines numériques matures, comme The Texas Tribune, VTDigger et Mother Jones, tiennent un cinquième à un tiers de leurs revenus de petits donateurs, qui sont nombreux à être des adhérents. Certaines publications numériques plus récentes axées sur les adhérents ont également réussi à atteindre ces proportions, tandis que de nombreuses radios publiques américaines ont leurs revenus composés à un tiers par les adhésions, un tiers par les contributions des grands donateurs et un tiers par les sponsors et d’autres formes de soutien. Parmi les 40 médias internationaux axés sur les adhérents au sujet desquels le MPP détient des informations, six tirent entre 20 et 35 % de l’ensemble de leurs revenus des adhésions.

Un programme d’adhésion solide peut aussi être à l’origine d’autres sources de revenus. Si le modèle de l’adhésion est nouveau pour vous, l’équipe de recherche ne vous recommande pas d’intégrer des revenus dérivés à votre modèle économique. En revanche, si vous avez un programme d’adhésion mature ou en croissance, il peut être intéressant d’examiner les possibilités qui s’offrent à vous.

Vous pourriez envisager de travailler avec une université locale ou un autre partenaire institutionnel important pour créer une catégorie d’adhésion institutionnelle, comme l’a fait Frontier Myanmar. Dans leur programme, les institutions ont droit à cinq ou 20 utilisateurs par compte selon leur taille. La plupart des adhérents de Frontier Myanmar sont des particuliers disposant donc d’un seul accès, mais en juillet 2020, il y avait 16 petites institutions membres totalisant 93 utilisateurs et trois grandes institutions membres, soit 60 utilisateurs supplémentaires. Ce modèle est particulièrement prometteur dans les contextes où les particuliers peuvent ne pas forcément avoir les moyens de payer pour s’informer mais où les ONG sont bien implantées, comme c’est le cas au Myanmar.

Vous pourriez également vous engager dans des partenariats rémunérés ou d’autres formes de sponsorisation reposant sur la forte relation que vous entretenez avec vos adhérents. C’est ce qu’a fait Black Ballad au Royaume-Uni avec ses campagnes éditoriales centrées sur les défis et les opportunités qui se présentent aux femmes britanniques noires, lesquelles sont réalisées sur la base d’enquêtes approfondies menées auprès des membres du média.

 

Comment Black Ballad a transformé les sondages en sources de revenus

Ils sont devenus un média qui touche, sert et connaît les femmes professionnelles britanniques âgées de 25 à 45 ans.

Pour en savoir plus sur la manière dont des rédactions axées sur une cause peuvent s’appuyer sur leurs publics pour obtenir des sponsorisations et nouer des partenariats publicitaires, consultez cette étude de cas sur Madison365 et celle-ci sur San Antonio Report (anciennement the Rivard Report)