Quels outils choisir pour favoriser l’engagement ?

L’engagement avec la communauté est au centre d’un programme d’adhésion. Contrairement aux abonnements, les programmes d’adhésion ne sont pas des liens transactionnels, mais sont basés sur un sentiment d’appartenance et le fait de faire partie d’une organisation médiatique axée sur une mission.

L’utilisation d’outils de création d’une communauté vous permet d’intégrer les membres actuels – et des membres potentiels – dans vos processus de travail journalistique, et vous permet d’intégrer ces voix pendant la production de vos reportages. Les outils de renforcement de la communauté peuvent également vous aider à mener des études d’audience pour votre programme d’adhésion.

Lorsque vous choisissez des outils pour créer une communauté en ligne, vous devez adopter une approche axée sur les “tâches à accomplir” pour décider quel produit correspond le mieux à vos besoins. Choisissez l’outil en fonction de ce que vous voulez savoir sur votre communauté. Voici quelques tâches à accomplir que nous faisons ensuite correspondre à des outils :

  1. Solliciter l’avis de la communauté.
  2. Communiquer avec les lecteurs sur une chaîne privée.
  3. Organiser des discussions communautaires.

Si vous voulez solliciter la contribution de la communauté, pensez à Hearken.

Les logiciels et les services de conseil de Hearken aident les médias à engager le public au fur et à mesure qu’une matière journalistique se développe, de la phase de création à la publication, permettant aux membres de la communauté de faire des suggestions, de voter et de participer de manière significative à la production des articles.

Par exemple, l’émission LAist de la radio KPCC a utilisé Hearken pour solliciter la communauté et répondre à ses questions sur le coronavirus. En août 2020, cette radio publique avait répondu à plus de 4 000 questions du public.

 

Comment KPCC a répondu à plus de 4 000 questions sur le coronavirus

La méthode "Si ceci, alors cela" leur a permis de gérer le flot de questions qu'ils recevaient.

Si vous voulez communiquer avec les lecteurs sur un canal privé et individuel, considérez des services de messagerie comme GroundSource, Subtext, Reach by EdNC ou des applications de messagerie comme WhatsApp et autres.

La messagerie textuelle, que ce soit par SMS ou dans des applications de messagerie comme WhatsApp, offre à votre rédaction une connexion directe avec les personnes utilisant l’appareil et où elles passent la majorité de leur temps. Cette messagerie peut également être un moyen efficace pour atteindre les personnes qui n’ont peut-être pas d’accès à Internet. “Le nombre de personnes recevant des messages d’organisations à but non lucratif a augmenté de 26 % en 2019, alors que l’audience de Facebook n’a augmenté que de 4 % et celle des listes de diffusion a chuté de 2 % », selon l’organisation de recherches à but non lucratif M+R.

Ces dernières années, plusieurs outils permettant aux salles de rédaction d’envoyer des SMS à leur audience ont émergé.

GroundSource : cette plateforme et ce service de conseil aident les médias à utiliser la messagerie pour partager des informations et recueillir des points de vue locaux.

Chalkbeat Tennessee a utilisé le service de GroundSource pour envoyer aux parents d’élèves de la ville de Memphis des messages texte contenant des informations sur les endroits où ils pouvaient obtenir des repas gratuits pendant la fermeture des écoles due à la pandémie de coronavirus. L’organisation a décidé d’utiliser des SMS car elle a remarqué que de nombreuses familles touchées par le virus n’avaient pas accès à Internet ou aux données nécessaires sur leur téléphone portable pour pouvoir accéder à un outil spécifique sur le site Web de Chalkbeat, mais que la plupart pouvaient recevoir des informations par SMS.

Subtext : créé par le groupe Alpha d’Advance Media, il s’agit d’une plateforme qui fournit des outils facilitant les conversations par SMS avec les lecteurs et comprend des options d’analyse des métriques et de monétisation.

BuzzFeed News a utilisé Subtext pour poser à ses publics des questions sur la pandémie et a utilisé ces questions pour créer une colonne sur son site Web. De cette façon, le site a pu apprendre ce que ses lecteurs voulaient savoir et y répondre par une couverture adaptée. Subtext a publié ce qui suit sur son support :

“Même sans incitation, BuzzFeed reçoit souvent beaucoup de questions par SMS. Ceci, associé à l’impulsion occasionnelle, a rendu relativement facile de recevoir des questions telles que ‘quand est-il acceptable de ne pas porter de masque ?’ ou ‘est-il immoral de tomber enceinte maintenant ?’”.

Reach by EdNC : la messagerie texte fait partie de la plateforme Reach, qui a été créée par EducationNC pour promouvoir les différents types d’engagement avec la communauté via des bulletins, des SMS, des enquêtes, etc. 

EdNC utilise la plateforme de messagerie textuelle de Reach pour mener des auprès de son public des enquêtes hebdomadaires sur les dernières nouvelles concernant l’éducation dans l’État de Caroline du Nord.

WhatsApp : de nombreux propriétaires de médias utilisent cette application de messagerie (qui appartient à Facebook) pour partager des nouvelles et des mises à jour avec leur public. Malgré le fait que Facebook ait limité les messages en masse via WhatsApp comme mesure contre la désinformation, il s’agit d’une plateforme avec un grand nombre d’utilisateurs. WhatsApp dispose d’une plateforme commerciale destinée aux entreprises de toutes tailles qui tentent d’atteindre le public.

Documented, un média à but non lucratif qui couvre la communauté émigrée à New York, a publié un bulletin d’information populaire via WhatsApp et a utilisé cette plateforme pour diffuser auprès de ses publics les dernières informations sur le COVID-19. Son fondateur Mazin Sidahmed a décrit le processus à l’American Press Institute.

Si vous voulez organiser une discussion au sein de votre communauté, utilisez la plateforme Coral de Vox Media, Discourse ou Crowdstack. 

Coral de Vox Media : la plateforme de commentaires en sources ouvertes “Talk” qui a été créée par Coral encourage les discussions respectueuses et les échanges axés sur la communauté, avec des outils pour les modérateurs, les journalistes et les administrateurs de réseaux sociaux. Récemment, Coral a également lancé un nouvel outil de questions et réponses.

Le journal argentin Página/12 utilise “Talk” de Coral, comme un avantage exclusif pour ses membres. L’un des avantages offerts aux adhérents qui rejoignent la plateforme est de pouvoir commenter des articles et participer à des discussions avec des journalistes. “Cet avantage supplémentaire a incité les gens à s’inscrire en tant que membres”, a déclaré Mariano Blejman, le directeur numérique de Grupo Octubre, l’organisation à but non lucratif propriétaire de Página/12.

Discourse : une plateforme de discussion en sources ouvertes conçue pour fonctionner comme une liste de diffusion, un forum de discussion, une salle de discussion permanente et une API complète.

Matt Kiser, qui dirige WTF Just Happened Today?,  a sa plate-forme communautaire sur Discourse car elle est gratuite et en sources ouvertes.

Crowdstack : permet d’héberger des communautés et propose des fonctions qui segmentent les membres en fonction de leur rôle, pour les garder connectés et engagés, et pour attribuer des autorisations, surveiller les activités et envoyer des messages afin de créer une communauté et de l’entretenir. 

The Pennyhoarder, un site de finances personnelles, a commencé à accroître ses efforts d’engagement communautaire sur Facebook mais a déplacé les conversations vers Crowdstack pour mieux maîtriser les données et offrir plus de confidentialité à ses membres.