Quelle part de nos revenus peut représenter notre programme d’adhésion ?

Le modèle de l’adhésion n’est pas la formule magique qui résoudra la crise financière dans le secteur du journalisme. De plus, il s’agit d’une stratégie relativement nouvelle. Dans l’édition 2019 de l’INN Index, qui est basée sur les informations de médias avec et sans programme d’adhésion, moins de 10 médias ont dit tirer 10 % ou plus de leurs revenus des contributions de leurs adhérents en 2018. 

D’un autre côté, l’équipe de recherche a également vu plusieurs exemples de succès retentissants dans lesquels les programmes d’adhésion étaient une source importante de revenus. En voici quelques exemples : 

  • El Diario tenait 35 % de ses revenus de ses adhérents avant la flambée de COVID-19 en mars 2020 (et 65 % de la publicité). En mai 2020, le site disait désormais gagner plus d’argent avec son programme d’adhésion qu’avec la publicité et pensait que la tendance se confirmerait. 
  • Le programme d’adhésion du VT Digger est passé de près de 10 000 dollars de revenus en 2010 (un an après son lancement) à près de 330 000 dollars en 2017. Vous pouvez voir cette évolution dans le graphique ci-dessous. Consultez cette étude de cas pour en savoir plus. 
  • De Correspondent tirait 78 % de ses revenus de son programme d’adhésion en 2018 et 54 % en 2019 (si on ajoute d’autres formes de revenus issus des lecteurs comme les ventes de livres et les dons, on arrive à un total de 95 % en 2018 et 98 % en 2019).
Crédit : Institute for Nonprofit News et Shorenstein Center (étude de cas sur VT Digger de 2018).

Dans le sondage du Membership Puzzle Project sur les objectifs et le succès d’un programme d’adhésion (Defining Membership Goals and Successes), auquel ont participé 40 médias axés sur les adhérents, les chercheurs ont demandé aux médias quelle part de leurs revenus représentait leur programme d’adhésion. Sur les 31 médias qui ont répondu à cette question, le pourcentage moyen était de 29 % pour l’exercice 2019 et la médiane était de 19 %. La différence entre la moyenne et la médiane s’explique par certains cas particuliers. Cliquez sur “Définir des métriques” pour en savoir plus sur ce sondage.

Le MPP a également demandé la répartition des revenus des structures pour l’exercice 2019. Ci-dessous, vous trouverez un graphique reprenant quelques profils anonymisés correspondant tous à des médias principalement numériques. Trois sont des médias d’Amérique du Nord et deux sont des médias européens. Le MPP a également reçu des informations provenant d’Amérique latine, d’Afrique et d’Asie mais comme elles sont moins nombreuses, elles ne peuvent être partagées sans mettre en danger l’anonymat des répondants car certaines des spécificités de ces médias les rendent facilement reconnaissables.

Illustration de Jessica Phan