Comment tirer profit du turnover pour promouvoir l’adhésion ?

Tout effort réel de changement de culture finit par convaincre certaines personnes qui ne veulent pas aller là où vous allez à démissionner. Lors d’un séminaire en ligne sur le changement de culture organisé pour les partenaires du Membership in News Fund du MPP, le consultant Dmitry Shishkin a déclaré qu’il n’était pas nécessaire d’aborder cette situation avec une approche “C’est moi ou c’est rien”. Au contraire, une fois que l’adhésion est la destination choisie par votre organisation et que vous avez fait tout ce que vous pouviez pour en expliquer les raisons (Voir “Comment convaincre les sceptiques et les réfractaires ?”), il est préférable de dépenser votre énergie à travailler avec vos équipes sur la manière d’y parvenir. Si certaines personnes veulent choisir un autre parcours dans une autre organisation, pas de problème. Souhaitez-leur une bonne continuation. Le turnover est l’occasion de recruter de nouvelles personnes enthousiastes à l’idée de bâtir une culture axée sur les membres.

Comme nous l’avons souligné tout au long de ce chapitre, le changement peut être lent, alors laissez aux sceptiques ou aux réfractaires le temps de comprendre et d’adopter l’adhésion. Mais si des membres de votre équipe continuent d’agir d’une manière qui affaiblit ou compromet votre travail d’adhésion sur la durée, vous devrez peut-être reconnaître qu’ils ne vous soutiendront pas. Mettez en place des systèmes qui leur offrent une porte de sortie, qu’il s’agisse de quitter l’entreprise à l’amiable ou de passer à une équipe ou un programme au sein de votre organisation où leur opposition ou leur ambivalence à l’égard de l’adhésion ne sera pas un obstacle.

Si vous avez l’occasion d’embaucher une nouvelle personne, comment évaluer si elle possède les qualités intangibles dont vous avez besoin ? Un bon point de départ pour obtenir des réponses à ces questions est de reprendre le questionnaire d’audit culturel présenté plus haut dans ce chapitre et de poser ces questions pendant les entretiens d’embauche. Demandez au candidat ce qu’il pense des questions suivantes :

  • Pourquoi existons-nous en tant qu’organisation ?
  • Quelle est la proposition de valeur de l’entreprise ?
  • Qu’est-ce qui vous enthousiasme dans la perspective de devenir membre de notre rédaction ?
  • Qu’est-ce qui vous préoccupe dans le fait de devenir membre de notre salle de presse ?
  • Comment pensez-vous que l’adhésion affectera votre travail ?

Privilégiez les profils qui :

  • Placent le public au centre de la mission, de la vision et de la proposition de valeur de l’entreprise.
  • Expriment de l’enthousiasme à l’égard de la perspective d’adhésion pour le média, la voyant comme plus qu’une source de revenus
  • Ont une attitude positive à l’idée d’essayer de nouvelles choses qui n’ont pas de réponses évidentes ou faciles.

Brittany Schock, responsable éditoriale chargée de l’engagement et des solutions au sein de Richland Source aux États-Unis, explique que lorsqu’ils recrutaient des journalistes dans le cadre du programme Report For America, elle participait aux entretiens et posait des questions liées à la façon dont sa rédaction aborde sa relation avec les membres. Elle demandait notamment : “Avez-vous déjà entendu parler du journalisme de solutions ?” et “Connaissez-vous bien le concept d’adhésion ?”. Mme Schock dit que son objectif était de savoir ce que les candidats pensaient de cette façon de travailler et de leur faire comprendre dès le départ que “si vous travaillez ici, [l’adhésion] fait partie du package”.

Si vous recrutez pour un poste lié à l’adhésion, vous pouvez également utiliser la liste des compétences de l’adhésion du MPP, qui met en évidence les compétences-clefs à rechercher. Pour en savoir plus, voir “Quelles sont les compétences nécessaires ?”

Liste des compétences de l’adhésion
Télécharger

Ce qui est mesuré est ce qui est fait, alors assurez-vous que tout référentiel ou carte de pointage que vous utilisez pendant le processus de recrutement mesure les qualités et les compétences mentionnées ici, et les met sur un pied d’égalité avec d’autres compétences rédactionnelles plus communément évaluées.

Pour aller plus loin :