Comment devrions-nous mener une rétrospective ?

Même avec une équipe ne comptant qu’une seule personne, il est très important de prévoir du temps de réflexion. L’un des outils les plus utiles associés à la pensée produit est la rétrospective, aussi appelée rétro. La rétro donne aux membres de l’équipe la possibilité d’étudier leurs flux de travail et les résultats obtenus afin d’en tirer des meilleures pratiques pour de futurs projets. C’est un outil d’une efficacité surprenante, en particulier s’il est utilisé régulièrement.

Une rétrospective peut se faire à n’importe quel moment, tant que c’est à la fin d’une partie exploitable du travail. Elle peut intervenir à la fin d’un MVP, à la fin d’un sprint ou à la fin d’un projet à long terme. En tant que rédaction axée sur des adhérents, vous pouvez mener une rétrospective après le lancement de votre programme d’adhésion, après un projet important pour l’engagement des adhérents ou après avoir testé certaines modifications de votre newsletter adhérents par exemple.

Les principales exigences pour une rétrospective réussie sont l’honnêteté et un sentiment de sécurité. Il peut être plus facile et préférable de faire animer la rétrospective par une partie neutre plutôt que par un membre de l’équipe. Certaines personnes mènent des rétrospectives en l’absence des managers afin de libérer la parole. Il est important de rappeler aux équipes que leur objectif est d’améliorer les processus et non de s’attaquer les uns les autres, même si le travail que vous examinez ne s’est pas bien passé. 

Toutes les personnes qui ont travaillé directement sur le projet devraient participer. Dans des organisations de plus petite taille, vous pouvez inviter l’ensemble de la rédaction. 

Une fois que vous avez invité les gens, choisi un animateur et posé le ton, vous devrez décider de ce que vous voulez faire pendant votre rétrospective.

Une méthode courante est d’ouvrir un tableau numérique (l’équivalent numérique des post-it collés sur un mur) et de créer trois colonnes intitulées “Continuer”, “Commencer”, “Arrêter” (vous avez peut-être vu des équipes utiliser “Garder”, “Arrêter” et “Ajouter”). Vous commencez la rétro en demandant à chacun d’ajouter des cartes à chaque colonne de façon anonyme. Des logiciels comme Whimsical, Miro ou Trello offrent de bonnes solutions pour cela.

La colonne “continuer” est destinée aux choses que votre équipe fait et que vous estimez devoir continuer à faire car elles fonctionnent. Il peut s’agir de processus internes comme de continuer à tenir une réunion hebdomadaire sur le programme d’adhésion, ou bien un produit ou une fonctionnalité, comme le fait de maintenir les modifications faites récemment à votre newsletter réservée aux adhérents et qui a permis de stimuler les taux d’ouverture. La colonne “commencer” est destinée aux choses qu’ils souhaitent mettre en place. Dans la colonne “arrêter”, ils mettront les choses qu’ils souhaitent que l’équipe arrête de faire.

Ensuite, tout le monde vote pour les cartes qui leur parlent le plus. L’animateur peut ensuite sélectionner les cartes ayant reçu le plus de votes afin d’en discuter. L’équipe peut être en désaccord sur certains éléments, qui peuvent alors nécessiter un suivi. 

Des outils comme Trello et Retrium vous permettent de créer ce type de tableaux. Dans une petite équipe, un document Google Doc peut suffire. Voici un modèle de rétrospective de Trello que vous pouvez copier pour l’utiliser avec votre équipe. Voici aussi quelques autres suggestions pour demander des retours lors des rétros.Après la rétro, l’animateur doit prendre note de ce que l’équipe a prévu de commencer, d’arrêter et de continuer et marquer les éléments pour lesquels un suivi est nécessaire. Il est particulièrement important de mettre par écrit les leçons tirées de ce processus, en les gardant de préférence dans un même fichier. Les rétros ne sont utiles que si vous les commencez en rappelant où vous en étiez du point de vue de l’organisation lorsque le sprint que vous évaluez a commencé, et si vous en tirez des leçons et les appliquez dans votre travail à venir.