Comment concilier l’adhésion avec notre engagement en faveur de l’équité ?

L’adhésion est un système de subventions dans lequel ceux qui peuvent apporter un appui au média le font, au moins en partie dans le but d’assurer que ses publications restent accessibles à tous. Cependant, il existe une tension croissante entre la mission de service public des rédactions axées sur les membres et le fait d’avoir un programme d’adhésion, qui par nature tend à l’exclusivité. 

Certaines organisations acceptent que des personnes soient privilégiées. Mais de plus en plus peinent à concilier leur engagement en faveur de l’équité et de l’inclusion et une base d’adhérents définie par leur appui financier qui soit plus aisée et moins diverse que la communauté que l’organisation est là pour servir. Cette tension est particulièrement forte dans les sociétés où seule une minorité peut se permettre de payer pour accéder à des informations. 

Plutôt que d’éliminer cette tension, le Membership Puzzle Project recommande aux médias de la reconnaître et de l’assumer. Voici trois exemples : 

Scalawag, un magazine numérique sur le Sud des États-Unis, “met en lumière les opinions divergentes, remet en question les récits dominants, recherche la justice et la libération, et affirme sa solidarité avec les personnes et les communautés marginalisées du Sud”. Leur base d’adhérents est plus blanche et plus aisée que la communauté qu’ils s’engagent à servir. Pour eux, l’adhésion est une forme de redistribution des richesses et de compensation par la voie des médias. 

City Bureau, un laboratoire de journalisme civique de Chicago, propose un programme d’adhésion visant à fournir un appui financier récurrent. Ils ont également des documentalistes, des habitants de Chicago qu’ils forment et paient pour assister à des réunions du gouvernement local et en faire rapport. Les documentalistes ne sont pas des adhérents au sens traditionnel : au lieu qu’ils soutiennent City Bureau financièrement, City Bureau les rémunère. Mais le média considère les documentalistes et les appuis financiers comme étant également adhérents. Maldita, en Espagne, a mis en place un système similaire. Ils ont des ambassadeurs, qui sont leurs appuis financiers et des “contributeurs avec des super-pouvoirs”, qui sont des lecteurs qui offrent leur expertise pour aider Maldita à lutter contre la désinformation. 

Pour Frontier Myanmar, une startup publiant en anglais et en birman basée à Yangon, l’adhésion est un forfait comprenant des produits premium qui leur permet de garder les articles de base accessibles gratuitement dans les deux langues. L’équipe du Frontier savait en lançant leur système d’adhésion que la majorité des lecteurs qui pourraient le payer ne seraient pas locaux. Quelque 80 % de leurs adhérents sont des expatriés au Myanmar ou des personnes vivant à l’extérieur du pays.